Taxes d’écolage: la mobilisation a payé!

Plusieurs mois de mobilisation syndicale ont obligé le Conseil d’Etat neuchâtelois à retirer son arrêté doublant les frais d’écolage dans les Ecoles supérieures à plein temps. Récit.

En septembre 2018, le Conseil d’Etat neuchâtelois signait un arrêté visant à doubler les frais d’écolage dans les Ecoles Supérieures à temps plein: de 1000 francs annuels, ceux-ci devaient passer à 2000 francs dès la rentrée 2020.

Conséquences dramatiques

N’étant pas, ou que peu rémunéré-e-s, les étudiant-e-s d’origine modeste auraient dû renoncer à leur formation ou même abandonner leur cursus en cours de route – puisque cette hausse n’épargnait pas les personnes déjà engagées dans cette voie.

Cette décision antisociale s’inscrivait dans la continuité d’une politique d’austérité menée depuis des décennies par les autorités cantonales. Elle tombait de surcroit au moment où l’Etat offrait une nouvelle baisse d’impôts aux entreprises. D’un côté, le canton annonçait 250'000 francs de recettes supplémentaires, financées par ses étudiant-e-s; de l’autre, il s’enfonçait encore plus loin dans un dumping fiscal qui entraîne des pertes colossales pour les collectivités publiques.

Vers la fermeture

Le Conseil d’Etat – à majorité socialiste – avait annoncé qu’il regrettait cette hausse, mais que celle-ci serait moins dommageable qu’une fermeture des filières. Pourtant, comme grand projet de législature, le Conseil d’Etat prévoit le renforcement des filières suivant le modèle dual au détriment de celles en école. Nous ne pouvions dès lors que soupçonner une stratégie de fermeture, lente mais certaine, des filières à temps plein: les élèves déserteraient nos écoles, devenues les plus chères de Suisse romande, et iraient se former dans les cantons voisins, puisqu’ils/elles bénéficient de la mobilité intercantonale et qu’à Neuchâtel, les places en cours d’emploi sont quasi hors de portée.

La riposte du SSP

Révoltés, le SSP et ses membres se sont entourés des Jeunesses des partis de gauche, du POP, d’associations et d’étudiant-e-s concerné-e-s par la mesure. Une fois notre comité d’action constitué, nous avons lancé une pétition demandant que le Conseil d’Etat retire son arrêté et cesse de détériorer l’offre et l’accès à la formation. En parallèle, le SSP est allé à la rencontre des étudiant-e-s et des professeur-e-s des écoles supérieures, mais aussi des entreprises et institutions alentours. Ces dernières craignaient les répercussions que cette mesure induirait sur leur main-d’œuvre qualifiée: nous savons que les étudiant-e-s finissent le plus souvent par s’établir là où ils/elles ont fait leurs études. Et les secteurs concernés étaient vastes: éducateurs/-trices de l’enfance, droguistes, éducateurs/-trices sociaux/-ales, métiers techniques, design horloger, etc.

Il faut saluer l’engagement des étudiant-e-s et professeur-e-s de l’école Pierre-Coullery, qui ont largement contribué à cette victoire. Les étudiant-e-s de cet établissement sont passé-e-s de classe en classe pour faire signer la pétition. Ils étaient aussi présent-e-s dans la Cour du Château au moment de son dépôt.

Victoire d’étape

Le 1er avril dernier, nous avons remis 2670 signatures à la Chancellerie d’Etat. La large couverture médiatique du dépôt s’est soldée par de vives réactions de la population.
Notre mobilisation a porté ses fruits! Le 12 juin, le Conseil d’Etat a timidement publié un nouvel arrêté, annulant purement et simplement la hausse des frais d’écolage.
Nous nous félicitions de cette victoire d’étape. Mais nous savons aussi que, dans notre canton, la formation est systématiquement attaquée – et pas seulement par les partis de droite. De ce fait, nous avons décidé de maintenir notre comité d’action pour la formation au-delà de cette bataille.

Avec les jeunes salarié-e-s

La victoire contre la hausse des écolages tombe une année après le lancement du projet «jeunes» lancé par le SSP dans les cantons romands. Cette bataille montre l’importance et la possibilité de réaliser un travail syndical en direction des jeunes salarié-e-s en formation. Un travail qui doit maintenant dépasser les frontières neuchâteloises!


Léa Ziegler


Nouvel arrêté

Le 12 juin, le Conseil d'Etat publie un arrêté annulant la hausse des écolages. Une victoire !

Downloads
30.07.2019 Arrêté portant modification de l’arrêté concernant les écolages dans les écoles publiques du canton et annulation du précédent arrêté modifiant PDF (192 kB)

Communiqué de presse du 2 juillet 2019

Downloads
30.07.2019 Communiqué de presse du 2 juillet 2019 PDF (71 kB)