"Touche pas à mon congé maternité" : la campagne bat son plein

de: Claude Grimm et Marie Métrailler

C’est avec le soutien d’une large coalition - partis politiques de gauche, syndicats et associations professionnelles, mouvement féministe – que le SSP a tenu hier une conférence de presse contre le raccourcissement de la durée du congé maternité des fonctionnaires de l’État de Neuchâtel.

Pour rappel, les jeunes mères bénéficient actuellement de 4 mois « pleins », soit 17,4 semaines. Cette durée peut être réduite si la mère est absente durant les 3 semaines précédant l’accouchement si son absence est due à la grossesse, même si elle est au bénéfice d’un certificat médical. C’est pour gommer cette inégalité entre les mères que le SSP a lancé́ une motion populaire et la gauche un projet de loi pour que le congé de maternité démarre le jour de l’accouchement et pour supprimer de fait les diminutions de durée du congé de maternité. Nous n’aurions jamais imaginé que la droite en profiterait pour raccourcir le congé maternité à 16 semaines ! Ce projet de loi sera débattu les 25 et 26 janvier prochain par le parlement, raison pour laquelle nous appelons à un grand rassemblement le mardi 25 janvier dès midi dans la cour du Château de Neuchâtel !

Nos arguments ont été largement relayés dans la presse entre hier et aujourd’hui et nous nous en réjouissons

Dans Arcinfo, à la 1ère, sur RTN ainsi qu'un article dans le Courrier

  • Ce projet de réduction d’un droit acquis par les fonctionnaires neuchâteloises depuis plus de 30 ans est d’autant plus inacceptable dans un contexte où l’on reconnait que les congés parentaux ont des répercussions positives sur la santé des parents, des enfants, favorise l’égalité entre homme et femme ainsi que l’économie[1].
  • L’État doit se montrer exemplaire. Un certain nombre de secteurs conventionnés (CCT santé 21, CCT-ES etc..) se calquent sur les pratiques étatiques.
  • La tendance dans le privé est à l’inverse ! Bien que la droite prétende que l’État de Neuchâtel est trop généreux, un rapide comparatif avec la situation prévalant au sein d’entreprises privées, de CCT ou autres collectivités publiques nous montrent le contraire.
    • Migros, Lidl, Coop et Aldi : 18 semaines à 100%
    • CCT horlogerie et microtechnique : 18 semaines à 100% si la mère s’engage à ne pas résilier son contrat dans les 12 mois
    • Canton de Genève : 20 semaines à 100%
    • Philip Morris : 22 semaines à 100%

Les visites sur les lieux de travail nous montrent que le personnel de la fonction publique est choqué par cette décision ! Il ne conçoit pas que le canton de Neuchâtel veuille réaliser des économies de bout de chandelle sur le dos des femmes ! C’est pourquoi nous devons être nombreuses et nombreux le 25 janvier prochain à dire « Touche pas à mon congé maternité » !

Pour rappel, le 22 janvier nous serons à l’Hôtel des Associations (Rue Louis-Favre 1, 2000 Neuchâtel) dès 13h30 pour un atelier pancartes afin de nous préparer pour le 25 janvier.

Participez à la mobilisation et diffusez l’information auprès de vos collègues en partageant cette information et le tract en PDF ci-dessous !


[1] Voir l’entretien de Patrick Robinson, membre de la commission familiale pour les questions familiales https://www.rts.ch/play/tv/12h45/video/12h45?urn=urn:rts:video:11795218


Downloads
20.12.2021 Tract "Touche pas à mon congé maternité" PDF (535 kB)
Downloads
05.01.2022 Touche pas à mon congé maternité : tract "Atelier pancartes" PDF (342 kB)